logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/08/2006

Les canards nous attendaient ...

Et oui nous sommes partis les retrouver nos petits canards et ils avaient très très faim la preuve :

medium_31-08-06_009.jpg

et ensuite un petit tour aux jeux !

medium_31-08-06_012.jpg

medium_31-08-06_013.jpg

et ce soir....Mamie a le moral dans les chaussettes...mais chut faut rien dire !!!!

Un grand rayon de soleil ce matin !!

medium_31-08-06_005.jpg

medium_31-08-06_004.jpg

Elyse et Léa au ptit déj ...
medium_31-08-06_001.jpg

On reviendra au fil de la journée, vous raconter ....

30/08/2006

Timide Soleil ce matin !

Au sujet de DEOLS ....je crois que c'est Christian qui me demandais si j'allais parler du Musée du Compagnonage....je serais bien en peine...car il n'y en pas (un autre Déols..peut être)

Je reviens plus tard


Châteauroux : Historique Compagnonnique

La Cayenne de Châteauroux a été fondée le 9 avril 1927 (date d’autorisation de la Direction Générale) par huit Compagnons issus de la Cayenne de Tours . Le Pays Gaugry. Berrichon La Liberté. C. bourrelier Harnacheur Du Devoir. Le Pays Lemoine. Berrichon l’Ami des arts. C. Peintre Des Devoirs Unis. Le Pays Lallemand. Berrichon La Franchise. C. peintre Des Devoirs Unis. Le Pays Laleuf. Berrichon l’Enfant Du Devoir. C. Passant Couvreur Du Devoir. Le Pays Gaultier. Rennois l’Amour du Travail. C. Sabotier Formier Des Devoir Unis. Le Pays Bougault. Levrousin La Fidélité. C. Chamoiseur Des Devoirs Unis. Le Pays Garnault. Bourguignon. l’Amis Du Tour De France. C. B. H. Du Devoir. Et le Pays Bertomé Vendéen La Bonne Conduite. C. S. F. Du Devoir, ce dernier fût reçut à Toulouse en 1894. Ils fondèrent donc la Cayenne avec l’aide de la Cayenne de Tours à l’époque de la fédération Générale du Compagnonnage qui fut un moteur de cette fondation. La Cayenne de Châteauroux eut très longtemps son siège au restaurant de La Boule d’Or, chez la Mère Ledoux, qui tint son rôle de 1930 à 1967. Elle fut remplacée par la Mère Madrolle, Berrichonne au Cœur d’Or, épouse du pays Madrolle André, dont le grand père était Compagnon Ferblantier Du Devoir, et qui vota l’Union Compagnonnique en 1889 à Paris comme délégué de Bordeaux. Châteauroux est célèbre pour sa rue avec une multitude de chefs d’œuvres de charpente, réalisés par des Compagnons Passant Charpentiers Du Devoir du rite De Soubise.

Source : Pays Philipon Jean " Bordelais La Constance ". C. Cuisinier D.D.U.

Historique de la ville et des faubourgs de Châteauroux.

"Ô Châteauroux, pour la première fois, je connais de toi d’autres rues que celle qui traverse de bout en bout. Je prends toutes les rues transversales, je te bouscule, je te décoiffe, je t’aime, comme une chevelure ou la raie toujours fut au milieu et dont enfin l’on se venge en riant. Tout ce que l’on me défendit enfant, je me l’accorde. La rue Descente-de-ville, je la remonte. Je tire enfin au clair tous les secrets qui m’intriguèrent pendant six ans." (Jean Giraudoux en 1920.)

La ville de Châteauroux a été précédée dans son histoire par celle de Déols. En effet, la présence gallo- Romaine y est attestée par des pierre sculptées. Vers 937, le seigneur Raoul le Large délaissa son palais de Déols et il fit bâtir une forteresse plus sûre sur le côteau de la rive gauche de l’Indre. A partir de 1112 le château fut nommé château Raoul. La période féodale vit naître à l’abri de cet emplacement fortifié une bourgade d’artisans et de commerçants. A la fin du XIIe siècle, le château fut un enjeu de la lutte entre les rois de France et d’Angleterre. Le dernier seigneur du nom de Déols était mort en 1176. L’héritière, une fillette de cinq ans fut emmenée en Angleterre. C’est en 1200 que la fillette, Denise, et son mari, firent une entrée solennelle dans leur château. Le Prince Noir, en 1356, n’ayant pu prendre le château Raoul, fit brûler la ville. Elle fut reconstruit en 1447. La baronnie de Châteauroux devint comté en 1498, mais en 1503 survint le décès d’André III de Chauvigny. Henri de Bourbon, prince de condé, acheta les deux lots. Il obtient en 1627 que la seigneurie devint duché. Louis XV acquit le duché en 1737 et en fit don en 1743 à la marquise de Tournelle. Madame de Châteauroux mourut l’année suivante sans avoir pu faire son entrée solennelle dans sa ville. La révolution fit de Châteauroux, qui comptait 8000 habitants, le chef lieu du département. En 1844, le chemin de fer arriva, et avec lui un nouvel essor de la cité. En 1851 la cité comptait 15921 habitants. L’année 1856 fut décisive. Le comte Eugène de Bryas, obtint l’ouverture d’atelier de cigares qui employaient 800 personnes. Les deux dernières guerres ont accéléré le développement de la cité. Des usines d’aviation et une base aérienne américaine ont entraîné la construction de résidences et de maisons individuelles.

Source : livre " Châteauroux d’hier et d’aujourd’hui ".

29/08/2006

CHATEAUROUX....ma ville !

Un cadre de vie remarquable :

A CHATEAUROUX, chaque habitant dispose de 52 m² d'espaces verts!

Châteauroux a hérité de son nom du "Castrum Dolis" devenu Château Raoul, fondé entre 917 et 927. Elle resta jusqu'à la Révolution une "ville modeste" et prendra une véritable dimension aux XIXème et XXème siècles. La ville est située au bord de l'immense forêt domaniale de Châteauroux, où dominent les chênes rouvres, et du parc naturel régional de la Brenne, pays d'eau et de bocage. Dans ce cadre privilégié, la ville a su conserver la part de la nature, et la développer. L'Indre qui traverse la ville, trace une véritable vallée verte, des petits ponts, passerelles et sentiers permettent de cheminer le long de l'Indre sans rejoindre ni traverser les voies goudronnées.

Effectivement en partant de chez nous à pieds ..... nous pouvons rejoindre DEOLS rien que par les espaces verts, une magnifique promenade à faire lorsque le temps est beau !!

DEOLS


Le miracle de 1187

L'église Saint-Etienne conserve une statue de la vierge et quatre tableaux rappelant le miracle de 1187.
Cette année là, Français et Anglais se préparaient une fois de plus à s'affronter. L'un des soldats de Richard Coeur de Lion alors présent à Déols jeta une pierre en direction d'une statue de la Vierge qui se trouvait au-dessus du parvis de l'église abbatiale. Un flot de sang jaillit de la vierge mutilée et l'auteur du sacrilège s'effondra sans vie sur le sol.
A l'annonce de ce miracle, les souverains Philippe Auguste et Henri II Plantagenêt, père de Richard Coeur de Lion, venus constater les faits de leurs propres yeux, décidèrent d'une trêve.
Pour garder la mémoire de ces événements, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, une procession dédiée à la Vierge se déroulait chaque année les 30 mai et 15 août.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique