logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/06/2011

Les PAVES de LIMOGES !

 

Un ami vient de me faire passer textes et photos que j'ai trouvé très interessants...

Si vous voulez en profiter !!!

-------

 

C'est du moins le souvenir qui m'est resté de ceux d'une avenue de ma ville natale, au bout de laquelle on trouvait la caserne Beaublanc et le parc d'Artillerie. Cette avenue, dotée du nom d'un ancien maire, partait de la place Carnot pour rejoindre la route de Bellac ;  nous passions par là dans notre enfance, ma sœur et moi, quand, devancés par la grand' mère, nous « montions » rendre visite aux cousines de la rue Racine. Nous montions, car la rue fort pentue qui portait à la leur, exigeait de nos mollets un effort soutenu et chaque fois, c'était une expédition ! Je m'y préparais à l'avance, dans la joie fébrile qu'accorde généralement l'espérance de découvrir « quelque chose » d' insolite sur le trajet. Ce quelque chose, pour moi, se cachait en partie dans les lézardes des vieux murs, les pavés des rues, l'empierrement des caniveaux, ou ces grosses bornes de granite qu'on trouve parfois devant les entrées charretières et qu'on appelle  « chasses roues ». Les détours que nous faisions et dont j'étais la cause à seule fin de les voir, me remplissaient d'aise ; et je dois aux bonnes grâces de la grand'mère qui cédait à mes caprices, ce goût que j'ai gardé depuis pour le pavé des rues et les éléments de voirie qui l' accompagnent : bordures de granite, calades, bornes, dalles, lourdes grilles de fonte et plaques de fonderie, hauts murs de pierre cachant des demeures mystérieuses, piles monumentales et portails à fers de lances...

Il existait, dans le quartier que nous traversions, des usines de porcelaine aujourd'hui démolies ; je me souviens de la cour pavée de l'une  d' elles, et de la particularité qu'offrait son sol d'être partiellement revêtu de « gazettes », qui sont les bris des moules réfractaires dont on se servait alors pour cuire les produits.

 

                                                       X.jpg

Limoges, rue du Pont Saint Etienne

 

C'était une spécificité locale que Limoges devait partager avec d'autres villes porcelainières et dont la rue du vieux pont Saint Etienne a gardé le souvenir. Compte tenu de leur petit calibre, ces gazettes permettaient d'obtenir d'élégants sols calepinés en bandes alternées, décorés de motifs géométriques, de rosaces, d'étoiles, de monogrammes ou de chevrons. On les posait très serrées, dans le sens de leur hauteur, à la façon des « calades » ou du « pisé » fait de galets tirés des ruisseaux ; et quoiqu'il restât peu de place entre elles, rien ne me paraissait plus beau que d'y voir pousser les mousses et les lichens...

 

                                                                      rosace.jpg  
                                                                               Limoges, rue du Pont Saint Etienne

Il était fréquent d'employer les gazettes à l'intérieur des maisons pour paver le sol des cuisines ou celui des couloirs ; et de la même façon, on les utilisait pour assainir les écuries et les remises, les fournils, et quelquefois les caves. Les usines en produisaient en quantité telle, qu'on s'en servait pour stabiliser les remblais ou combler des ravines ; il n'est pas rare aujourd'hui encore, d'en retrouver dans les déblais à la faveur de travaux publics ou de fondations, parmi des vestiges plus anciens.

 

 

          gazettes caniveau.jpg

           Limoges, rue du Pont Saint Etienne

L'emploi de gazettes en revêtement de voirie demeurait toutefois l'exception, la part noble revenant de plein droit aux pavés. Pavés de granite en l'occurrence, tirés des carrières proches de Limoges, ou de celle plus éloignée du Maupuy dominant Guéret, dont l'importante production permettait d'exporter à Paris, Bordeaux ou Lyon, des produits de qualité inégalée. Les géologues savent que le granite bleu du Maupuy se présente sous la forme d'un batholithe dont le sommet actuel culmine à 686 mètres ; d'énormes chaos et boules rocheuses l'environnent, qu'on rencontre au milieu des landes et des bois. Certaines portent encore des traces de débitage, ou sont accompagnées de pierres de taille abandonnées, car elles furent exploitées par des tâcherons au même titre que la roche mère.

 

                                                              linteau.jpg

Ce granit extrêmement dur présente un coefficient de porosité de 0,1, inférieur à celui du Labrador, c'est dire qu'il fut et reste toujours un excellent matériau de voirie.

Des générations de carriers et de tailleurs de pierres (dont beaucoup d'Italiens avant la dernière guerre) se sont succédées sur le site, dans l'ordre immuable qu'imposait la transformation de la matière première en produit finit : le mineur extrayait le bloc ; le débiteur, qui connaissait le fil de la roche, la séparait en plaques et en barres ; le tailleur de pierre en pierres à bâtir et en bordures de trottoirs, dalles et bouches d'égouts ; l'épinceur en pavés et boutisses.

 

                                                                     paveurs italiens.jpg

Tailleurs de pierre italiens au Maupuy en 1933 (source:Les Maçons de la Creuse, bulletin n° 13)

L'exploitation des carrières du Maupuy, arrêtée en 1990, a laissé la nature reprendre ses droits. L'endroit a de quoi surprendre ; quand on le découvre entre le cri des buses et celui des rafales dans les branches des sapins, on s'attend à ce que le vent porte à l'oreille l'écho des derniers coups de marteaux et des épinçoirs...

On accède à ces curieuses brèches ennoyées, ouvertes au sommet du massif, par une route forestière bordée d'énormes blocs sciés qui répondent à ce que le « land art » demande au plus exemplaire des « ready-made » tant il est vrai que ces alignements venus d'un autre monde nous interpellent par leur seule présence.

 

                                                                   blocs.jpg

Massif du Maupuy, Saint Sulpice le Guérétois

Rendons hommage à travers eux aux maçons et aux paveurs marchois qui partout en France ont laissé le témoignage d'une « œuvre » de pierre achevée, tirée toute entière de leurs mains ; elle ne date pas d'hier, et pourtant, partout où on la voit encore, elle a résistée aux outrages du temps et des hommes jusqu'à ce qu'un « art » dit urbain, assurément de mauvais aloi, se soit mis dans la tête d'en venir à bout en faisant « peau neuve » de nos rues anciennes...

Les rues pavées sont aussi vieilles que le monde civilisé ; l'histoire nous apprend que les phéniciens et les chinois revêtaient d'un dallage les voies royales et les abords des palais. Mais c'est aux romains que revient la pratique d'habiller les chaussées circulées empruntées par les légions et les chars, de lourdes dalles de pierre généralement assemblées en « opus incertum » posé sur béton de chaux et terre compactée. Ces chaussées à profil bombé, facilitant l'écoulement des eaux dans des caniveaux latéraux, montrent fréquemment, quand elles sont mises au jour par les archéologues, la trace des roues des chars profondément entaillée dans leur revêtement.

C'est à partir du XIIème siècle, à l'instigation de Philippe Auguste dont l'objectif était d'assainir les rues bourbeuses et nauséabondes de la capitale, qu'on commença à les revêtir de grès tiré des carrières de Fontainebleau. La chronique de Saint Denis (1186) donne quelques indications sur le pavage des rues, notamment de la « croisée de Paris », à l'aide de « carreaux »(grandes dalles carrées pouvant atteindre jusqu'à un mètre de côté), et de « rabots » (petites dalles).

François 1er et Henri IV poursuivent l'œuvre de Philippe Auguste sans pour autant la mener à bien car sous Louis XIII, époque à laquelle on remplaça les carreaux et les rabots par les « pavés du roi », il restait encore beaucoup à faire !

C'est donc au XVII ème siècle qu'appartient « l'invention du pavé », du moins tel qu'on peut le voir dans la cour de Versailles ou dans celles des hôtels particuliers du Marais. Pavé de grès de 18x18 ou 20x20, d'une épaisseur de 23 cm.

 

                                                     Bourges luisant2.jpg

Au XIXème siècle, qui vit l'achèvement des grands travaux de voirie et celui du revêtement des chaussées de la capitale et de celles de toutes les grandes villes, on mit définitivement au point le pavé de granite dit « mosaïque » en même temps qu'on expérimenta le pavé de bois. Ce dernier, pour les raisons qu'on imagine (durabilité, sécurité) ne connut pas le succès que ses partisans escomptaient et on l'abandonna définitivement en 1938, au seul profit du pavé de granite plus résistant que celui de grès. Pour diverses raisons, (dont entre autres l'avantage qu'il offrait aux émeutiers de pouvoir  élever des barricades...), la pratique du pavé fut abandonnée définitivement dans la deuxième moitié du XXème siècle au grand bonheur des sociétés de goudronnage...

 

                                                              P1040889.JPG

Pont Saint Martial, Limoges

 



Voilà de la lecture ..... jusqu'à la fin de semaine !!
A bientôt les amis ..... en Comtoisie  !!!

 

Commentaires

Bonjour Nicole

Ta note m'a beaucoup plu, non uniquementy parce que j'ai appris à l'école à casser du caillou pour voir ce qui était à l'intérieur, mais parceque j'ai assisté à la fabrication de pavés de granite, dans les Vosges, dans les années 1956-57.

Le fil de la pierre ne se voit qu'avec des années d'expérience, et moi, devant le carrier qui m'expliquait qu'il passait par là, puis par là, ne suis jamais arrivé à le voir. Lui, avec une petite masse emmanchée sur un manche flexible, donnait deux petits coups qui auraient à peine cassé une assiette et fendait un bloc en deux. Moi, en tapant comme un sourd, n'arrivait qu'à faire voler des éclats dangereux !

Autre chose que j'ai vu une fois : le sciage du marbre avec une ficelle ! Celle -ci était enduite de poudre d'émeri, et des aller-retour finissaient par creuser une encoche dans un bloc de marbre, puis de le couper complètement. Il ne fallait pas être pressé.

Merci pour ces "gazettes" que je ne connaissais pas et pour l'usage qui en est fait.

Une belle note, bien documentée, et tu remercieras ton amie de l'avoir rédigée.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 23/06/2011

notre Grillon a raison cette note est très interessante, voilà des gazettes bien plus utiles que les feuilles de chou...leur petitesse les fit employer comme les galets de rivière pour éviter aux chevaux de glisser ce qui peut arriver sur un pavé plus large que le sabot ; le motif est agreable et des siècles après leur pose, on admire encore . en ce temps de l'éphémère , il est bon de se tourner vers un passé aussi riche de traditons .
j'espère que tu vas bien, je t'embrasse ainsi qu'Henri

Écrit par : josette | 04/07/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique